fbpx
Abonnez-vous à la newsletter Instant d'AbsoluS’inscrire à la Newsletter
+33 (0)4 71 20 83 09+33 (0)4 71 20 83 09
EmailEmail
Nous situerNous situer
Partager Instant d'Absolu sur FacebookPartager sur Facebook
Suivez nous sur FacebookSuivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur InstagramSuivez-nous sur Instagram

CO-CONSTRUIRE UN ECOLODGE - TEMOIGNAGE

Partie 2 : co-construire un écolodge - de la réhabilitation au lancement


Passé le temps de la rencontre des lieux et de la réfléxion...
 
 

Près d’un an de travaux pour réhabiliter une ferme tricentenaire – les mesures mises en place pour créer un écolodge


Comment sensibiliserions-nous à la préservation de l'environnement naturel ?

Quelles mesures mettrions-nous en place pour respecter la faune et la flore ?

Au-delà de ces premières interrogations qui nous parlaient au cœur immédiatement, vinrent rapidement celles plus techniques, qui, pour nous parler moins, n’en étaient pas moins essentielles :

Comment la bâtisse pourra-t-elle s'intégrer au mieux dans le paysage ?

Comment gérerons-nous les déchets, les eaux usées ?

Comment produirons-nous l'énergie nécessaire à la vie de ce lieu ?

Si une chose faisait sens d’entrée de jeu, c’était la question de l’intégration de cette bâtisse dans son environnement naturel, qui à l’époque semblait n’avoir plus rien de bien naturel. Plateforme avant de la bâtisse entièrement goudronnée, parking aux premières loges… autant de détails qui tuaient la beauté des lieux.

Mais à y regarder de près, très vite, nous pouvions constater combien tous ces enjeux de l’écotourisme ne faisaient pas partie de la réflexion de nos prédécesseurs. Isolation minimale, chaudière au gaz… autant d’éléments qui plombaient le bilan économique de la structure tout en posant sur cette terre une forte empreinte écologique.
La réhabilitation intègrera donc comme autant de nécessités l’isolation écologique de la toiture par l’intérieur, à base de ouate de cellulose qui offre une performance optimale sur un territoire de forte amplitude thermique : un temps de déphasage thermique élevé qui isole autant contre le froid l’hiver que contre de possibles fortes chaleurs l’été. Cette isolation sera complétée par une double toiture avec la superposition d’ardoises de Corrèze sur les plaques de toisite de l’époque (simili-ardoise) tandis que fenêtres et portes fenêtres seront toutes changées pour du double vitrage. Et récemment, dans la création de cette nouvelle chambre avec vue XXL (avec baie et porte-fenêtre en ouverture sur une terrasse privative), nous avons installé du vitrage à contrôle solaire, pour accueillir la lumière sans le trop plein de chaleur.

Du côté des salles de bain, des réducteurs de débit d’eau seront naturellement installés avant qu’une chaudière au bois déchiqueté ne vienne complémenter la structure, tant pour l’eau chaude sanitaire que pour le chauffage. Utilisant du bois local, cette chaudière permettra de réduire chaque année les émissions de CO² responsables de l’effet de serre de l’ordre de 29 tonnes tout en contribuant à l’entretien et à la préservation des milieux forestiers et en participant au développement local.

Après des années de compost en réalité peu prometteur car, au cœur des grands espaces, la seule utilité du compost était pour le jardin potager ; nous déciderons pour les 10 ans de l’écolodge d’installer un poulailler. 14 poules pour la joie du vivant à l’entrée de l’écolodge, et la gestion des déchets de cuisine. Une serre conjuguant l’intelligence millénaire de la permaculture et de l’aquaponie et celle d’aujourd’hui, l’intelligence artificielle, pour un possible suivi à distance des cultures via une application, viendra compléter le tableau pour une entrée sensible.
 
 

Le lancement d’un lieu servi par TF1 puis ELLE


Avant l’ouverture de l’écolodge, alors que nos partenaires politiques nous questionnaient sur la pertinence de cette dénomination (rappelons que l’écolodge n’est pas un label à ce jour, qui peut donc facilement être dévoyé), rien ne nous invitait à remettre en question cela. Pas même la question : « un écolodge, ça va parler aux Français ? ». « Euh, non. A bien y réfléchir, c’est un concept anglo-saxon originellement inscrit en terres d’Afrique comme évolution des lodges d’antan. Mais ce n’en est pas moins un écolodge. » Nous n’en démordions pas tant nous aurions eu le sentiment de manquer d’intégrité en l’intitulant plus classiquement hôtel et quand bien même il faisait sens pour nous, issus du secteur du tourisme, que ses fondations seraient bel et bien l’hôtellerie, la belle hôtellerie, en ce qu’elle repose sur le bien dormir et sur un service de qualité. Mais encore la restauration, la bonne restauration, pour une cuisine de terroir sublimée par la créativité, l’originalité. Nous ne venions pas pour proposer un lieu de plus où venir savourer pounti et truffade. Nous ne venions pas poser une concurrence à l’existant, à cette petite hôtellerie familiale, simple et authentique qui fait le charme aussi de ces territoires si peu touristiques. Nous venions proposer radicalement autre chose. Pour l’Auvergne, pour la France. Pour l’Europe, aurons-nous vite envie d’ajouter, tant accueillir en langue anglaise, allemande ou espagnole ne tarda pas à nous manquer.

Mais alors, accueillir qui ? Comment le lieu allait-il se faire connaitre sous une dénomination si peu commune ?

Il fallut l’accueil de TF1 pour un reportage initialement intitulé : « Deux Mégevans s’installent dans le Cantal », revisité à l’arrivée de l’équipe, abasourdie par la beauté naturelle des lieux, et qui proposa, d’une seule voix : « le Lac du Pêcher, un espace naturel sensible, et son écolodge »… pour faire la lumière sur ce lieu jusqu’alors secret.

Il suffit ensuite d’un accueil pour un shooting mode du magazine ELLE : 22 pages par Elizabeth Toll qui sera suivi par une page de présentation de l’écolodge : « un écolodge au-dessus des volcans » pour auréoler de magie ce lieu, en en faisant ressentir toute la poésie.
 
 

Des instants d’Absolu pour mieux convier le rêve et inviter à vivre la beauté du monde


La poésie des lieux, pour qui est sensible et à même de lâcher toute attente, toute projection, est captivante. Face à un lac de plus de 20 hectares, le Lac du Pêcher, l’écolodge se pose comme un bijou serti au cœur de la forêt de la Pinatelle (3 000 hectares d’une forêt enchantée mixant pins, sapins, hêtres… et une flore remarquable pour un massif habité par le cerf et le chevreuil mais encore le renard, l’hermine, la martre des pins, une riche diversité d’oiseaux, et notamment le grèbe huppé qui a coutume de venir parader chaque printemps sur le lac. A cette même période, nombre de papillons peuvent aussi être observés.

Petit livret d’accompagnement à la découverte du Lac du Pêcher, sous forme de quizz.

L’automne est une époque davantage connotée safari, découverte exploratoire de la forêt à l’heure magique du brame du cerf. Des cervidés que nous sommes heureux de proposer d’observer en sortie guidée, à pied ou à cheval, dans le respect de l’animal (pour qui cette période est capitale autant que fragile) comme du voyageur (qui ainsi, profitera au mieux de ce spectacle de la nature sans déranger et sans prendre de risque par ailleurs, en une époque où la confrontation peut être violente).

Au-delà de la beauté des lieux, donnée à vivre sur fond de monts du Cantal (de l’écolodge, on profite d’une vue sur le Plomb du Cantal, le Puy Mary et ces crêtes de l’ancien volcan Cantal), c’est toute l’offre de l’écolodge que nous avons eu à cœur de structurer pour mieux convier le rêve et donner à vivre des instants rares… en terrasse à l’heure des repas, au chalet-grill là-haut, sur la montagne pour des soirées autres. Parmi les prochains lieux coup de cœur : une nouvelle terrasse face au lac, dont on pourra profiter après un moment de relaxation dans le nouveau bain inox avec musique sous l’eau et chromothérapie comme à l’heure de l’apéritif. Ou encore à l’heure du dernier verre… sous la voute étoilée.

Sur fond de philosophie hédoniste, l’offre est structurée autour de la nature (et de sorties naturalistes pour mieux approcher la botanique, la géologie, le monde des oiseaux ou encore des batraciens) et du bien-être (en la présence de nombreux praticiens, notamment côté cabine de massages, énergétiques et visant à relier à la Terre et au Ciel pour un bien-être optimal). Avec de temps en temps, des moments à part : cette soirée du bonheur autour d’une grande table, ces hypnothétiques dîners pour épi-curieux, ce concert BON AIR improvisé face au lac dans la continuité du tournage d’un vidéo-clip…
 
 

La Pinatelle, terre de bien-vivre, dans le Cantal Auvergne


Si depuis les premiers jours de l’écolodge, nous avons eu à cœur de mettre sous projecteurs la forêt de la Pinatelle, réalisant rapidement une carte avec nombre de randonnées à disposition au sortir de l’écolodge et la mise en avant des prestataires locaux, en 2018, nous faisions un pas de plus. Echangeant avec Audrey, sophrologue native de ces hautes terres, sur la pertinence de valoriser le bien-vivre à l’attention des vacanciers comme des habitants, nous nous accordions sur l’envie de mettre en place un temps d’écoute et d’accompagnement : « Pinatelle, terre de bien-vivre » était née, avec un weekend en juin 2018, une semaine entière l’année suivante.

Et de cette dynamique-là devait émerger de nouvelles offres de séjours comme l’Escale Sève de Vie Emerveillement ou le Voyage olfactif… agrémenté de sessions de yoga et de méditations guidées olfactives.
 
 

The Best of Nature, une suite logique pour inviter à une écologie intérieure


Enfin, parce que plus qu’un slogan, « penser global, agir local » s’est révélé une évidence, quand on vit à ce point loin de tout mais si près de l’essentiel, j’ai récemment créé un collectif répondant au nom de : The Best of Nature. Une collection d’écolodges comme réponse à une envie forte de mieux porter ce message aux 4 coins du monde d’une vraie nécessité de protéger la nature, pour préserver notre humanité. Parce que la nature nous renvoie, en miroir, à notre propre nature humaine, belle, généreuse, sereine et qui a sans aucun doute besoin de se réaligner en une époque où tout bouge vite, en des lieux hors du monde, hors du temps.

A Spinguera au Cap Vert, à Ibitipoca au Brésil, à Wolvedans dans le désert de Namibie comme à « instants d’Absolu » Ecolodge & Spa, le Voyage est un appel au naturel pour changer de paradigme : vivre l’écologie et l’incarner pour finalement l’adopter demain comme art de vivre au quotidien.

The Best of Nature accompagne en cela à retrouver notre sensibilité pour ressentir les Eléments qui régissent toute chose sur Terre, dont l’être humain. Respirer l’Air et entendre intérieurement à quel point il peut nous affecter pour le meilleur, en nous ouvrant à la gratitude… sentir l’Eau en nous et sa puissance de créativité, son invitation à nous ouvrir à notre monde intérieur… la Terre et cet ancrage rassurant qu’elle nous procure ou encore le Feu, comme invite au dépassement…

C’est là une proposition nouvelle qui nous offre de vivre le Voyage autant comme un voyage intérieur puissant, décapant, et transformateur que pour un territoire à apprécier au plus près de son âme, à travers son écolodge et sa connexion à l’environnement.



The Best of Nature répond en outre à une question récurrente de nos hôtes depuis 10 ans : « et vous, quand vous partez en vacances, vous allez où ? ». Et vous, alors, dans quelle direction mettrez-vous le cap pour vos prochaines vacances ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réservation
Pourquoi réserver en ligne ?